mal de ventre Gastro-entérologue, proctologue gastro casa procto casa وجع أو ألم البطن

mal de ventre Gastro-entérologue, proctologue gastro casa procto casa وجع أو ألم البطن

Le mal de ventre Le mal de ventre est un des motifs les plus fréquents de consultation. Symptôme piège, qui peut être d’origine digestive, gynécologique, urinaire ou même cardiaque, il doit être pris au sérieux, surtout s’il persiste, s’il est récurrent ou s’il est… inhabituel. Voici des explications. Mal au ventre : une plainte fréquente aux multiples visages Les douleurs de « ventre » constituent un motif de consultation extrêmement fréquent en médecine générale. Impossible, bien sûr, d’énumérer toutes les causes possibles de douleurs abdominales. Celles-ci sont aussi diverses que variées, aiguës ou chroniques, fonctionnelles ou organiques, gynécologiques ou digestives… Quand faut-il s’inquiéter ? La question n’est pas simple. Le « mal de ventre » ne sera pas considéré de la même façon lorsqu’il survient chez un jeune enfant le jour de la rentrée scolaire, chez une personne âgée qui maigrit rapidement, ou chez une personne en bonne santé en pleine période de gastroentérite ! Il faut donc s’écouter avant tout: au moindre doute, au moindre signe inhabituel et inquiétant, où lorsque l’inconfort persiste, il faut en parler à son médecin. Outre la palpation de l’abdomen, il pourra préconiser des examens complémentaires, comme un scanner, des analyses de sang ou une IRM. Les cas de figure les plus fréquents Dans bien des cas, les douleurs abdominales sont passagères et sans gravité. Elles peuvent traduire un trouble du transit, des douleurs menstruelles chez la femme, ou simplement une anxiété qui retentit sur la digestion. Parmi les causes banales les plus fréquentes, on retrouve bien sûr les infections digestives (qui durent de quelques heures à quelques jours), et les colopathies fonctionnelles, comme le syndrome de l’intestin irritable, dont les mécanismes en cause ne sont pas bien identifiés. Ce syndrome se traduit par des douleurs digestives et des troubles du transit aggravés par le stress, sans gravité (bien que potentiellement handicapants au quotidien). Du côté des troubles plus graves, c’est surtout la douleur très vive, inhabituelle, qui pousse les malades à consulter d’urgence. Certains maux de ventre nécessitent en effet une intervention chirurgicale urgente, notamment une crise d’appendicite aigüe, une occlusion intestinale, une grossesse extra-utérine ou une colite néphrétique. Les douleurs : où et depuis quand ? Les douleurs sont-elles plutôt « hautes », situées autour de l’estomac ? Ou plutôt basses, c’est-à-dire concernant la zone de la vessie, des intestins, ou de l’utérus chez la femme ? Sont-elles apparues de façon brutale, ou sont-elles chroniques et lancinantes ? Depuis quand sont-elles présentes ? Ce sont les premières questions à se poser. Le côté « brutal » et intense de la douleur doit alerter ; tout comme le fait que la situation s’aggrave rapidement, ou lorsqu’il existe des symptômes associés (vomissements, fièvre, etc.). Cela étant, une douleur peu intense peut être plus grave qu’une douleur très vive : il...

Read More

Traiter une mycose aux pieds Gastro-entérologue, proctologue gastro casa procto casa

Traiter une mycose aux pieds Gastro-entérologue, proctologue gastro casa procto casa

Traiter une mycose aux pieds Les mycoses peuvent être difficiles à traiter. Voici quelques remèdes naturels qui aident à contrer les mycoses des pieds. Qu'est-ce qu'une mycose des pieds ? La mycose des pieds, parfois appelée « pied d’athlète », est une infection provoquée par des champignons ou par des levures parasites localisés surtout sur la peau entourant les orteils. Ces cultures se développant dans un milieu humide, il est primordial de toujours avoir les pieds secs. Pour cela, il faut privilégier le port de chaussettes 100 % coton, toujours bien se sécher les pieds après la douche et essayer de les laisser à l’air libre le plus souvent possible. Mais malgré toutes ces précautions, il peut être difficile de se débarrasser d’une mycose. Les bains de pieds Le bain au bicarbonate de soude Le bicarbonate de soude est excellent pour traiter la mycose des pieds. Il suffit de diluer 4 cuillères à soupe de bicarbonate sous forme de poudre dans 1L d’eau tiède et d’y baigner ses pieds pendant 15 minutes. Ensuite, il est important de bien les sécher afin d’éliminer l'humidité. Il est également conseillé de saupoudrer la peau atteinte de mycose avec du bicarbonate de soude juste avant de mettre des bas ou des chaussettes. Ainsi, la poudre absorbera l’humidité tout au long de la journée. Le bain d’eau salée L’eau salée est un environnement hostile pour les mycoses, car le sel empêche la prolifération des champignons. Tremper chaque jour ses pieds dans l’eau salée (environ 1 cuillère à soupe de gros sel par litre d’eau) aidera à combattre cette infection. Les huiles essentielles Plusieurs huiles essentielles apportent une aide considérable afin de lutter contre les mycoses des pieds grâce à leurs vertus antifongiques (= substance qui détruit les champignons). Les huiles essentielles d’arbre à thé ou de tea tree, de lavande et de cèdre de l’Atlas possèdent ces propriétés. Chacune de ces huiles peut être mélangée à de l’huile d’amande douce et peut être appliquée directement sur la zone atteinte à raison de quelques gouttes. L'utilisation des huiles essentielles est cependant déconseillée chez la femme enceinte et chez l'enfant, ainsi que sur les plaies. Recette de traitement à base d’huile essentielle de lavande Mélanger 1 millilitre d’huile essentielle de lavande (non du lavandin), un millilitre (= 25 gouttes) d’huile essentielle de sarriette, 4 millilitres d’huile d’amande douce ou de pépin de raisin. Mélanger ensuite doucement le tout. Appliquer quelques gouttes de ce mélange sur la zone atteinte par la mycose (peau ou ongle), trois fois par jour, jusqu’à ce que la mycose ait disparu. Pour empêcher une récidive, il est possible de poursuivre le traitement une fois par jour seulement au cours des semaines qui suivent....

Read More

Les maladies mortelles tuant dans les 24h Gastro casa Gastro-entérologue, proctologue gastro casa procto casa الأمراض القاتلة في غضون 24 ساعة

Les maladies mortelles tuant  dans les 24h Gastro casa Gastro-entérologue, proctologue gastro casa procto casa الأمراض القاتلة في غضون 24 ساعة

Les maladies mortelles tuant  dans les 24h Il y a certaines maladies que nous craignons plus que d’autres. Certaines maladies que les médecins cherchent à détecter au premier regard. Quels que soit leur origine ou l’organe atteint, elles ont un point commun : leur gravité. Curieux de voir ce qui se passe aux urgences ? Suivez le guide. La méningite à méningocoque Le méningocoque est une bactérie que l’on trouve chez une personne sur 10. Nichée au fond de la gorge, elle reste généralement silencieuse… Sauf dans de rares cas, pour des raisons peu connues. Elle jette alors son dévolu sur des sujets jeunes, enfants et adolescents. Conséquence ? L’infection du liquide et des membranes qui enveloppe le cerveau et la moelle épinière : la méningite. L’évolution est favorable dans 5 cas sur 6, si le traitement est rapide1. Les signes qui inquiètent Deux symptômes évoquent le diagnostic de méningite : une fièvre élevée accompagnée de violents maux de tête une ou plusieurs taches rouges (ou purpura) qui ne disparaissent pas quand on appuie dessus. Les indices qui peuvent orienter le médecin : une raideur de la nuque une gêne à la lumière et au bruit Une bactérie fragile… La bactérie est fragile et survit difficilement hors de son environnement naturel, l’arrière-gorge. Présente dans la salive, elle se transmet uniquement de personne à personne, à courte distance (baisers ou postillons). Ce qui explique qu’il n’est pas nécessaire d’isoler les personnes ayant été en contact avec les malades1. Comment se protéger ? Un vaccin contre le méningocoque C existe depuis 2010. Il est recommandé et remboursé chez les enfants, adolescents et jeunes adultes, de 1 à 24 ans2. Pour en savoir plus : Info-Méningocoques, le site d’information sur les infections invasives à méningocoques de l’Inpes et du Ministère en charge de la Santé. La maladie « mangeuse de chair » La fasciite nécrosante, désormais appelée dermo-hypodermite bactérienne nécrosante profonde, est une infection d’une extrême gravité. La sévérité avec laquelle elle s’attaque à la peau puis aux tissus jusqu’au muscle lui vaut le nom de “maladie mangeuse de chair”1. Elle conduit au décès dans 30% des cas3. Les signes qui inquiètent En général, l’infection survient après la contamination d’une plaie par un cocktail de bactéries. Le patient ressent d’abord une douleur disproportionnée par rapport à l’aspect de sa plaie. Puis, la peau devient rouge, enflée, brillante. Enfin, des bulles apparaissent, laissant rapidement place à une hémorragie. L’anesthésie de la zone marque le dernier stade, celui de la mort des tissus (nécrose ou “gangrène”)3. L’élément qui rassure La rareté de l’infection. Près de 1 900 français auraient été confrontés à la maladie entre 2007 et 20122. Cependant, son aspect “spectaculaire” lui assure...

Read More

complications de rectocolite hémorragique et impact des traitements sur l’histoire naturelle de ces complications Gastro casa Gastro-entérologue, proctologue gastro casa procto casa مضاعفات داء القولون التقرحي و تأثير أصناف العلاج الحديث على التاريخ الطبيعي للداء

complications de rectocolite hémorragique et impact des traitements sur l’histoire naturelle de ces complications   Gastro casa Gastro-entérologue, proctologue gastro casa procto casa  مضاعفات داء القولون التقرحي و تأثير أصناف العلاج الحديث على التاريخ الطبيعي للداء

Compliccomplications de rectocolite hémorragique et impact des traitements sur l’histoire naturelle de ces complications  مضاعفات داء القولون التقرحي و تأثير أصناف العلاج الحديث على        التاريخ الطبيعي للداء   الملخص ان داء القولون التقرحي (1)  مرض مزمن يطور مضاعفات عديدة . و يبرز الداء، في أكثر من مرة، عبر أعراض تدهور نمط حياة المصابين و جودة عيشهم (2) من الوجهة الجسمانية ، المهنية و العاطفية . و يعتقد ذلك التهور ناجما عن النشاط الالتهابي للداء و تدهور الوظيفة القولونية، تدهور تخلفه الأضرار النسيجية (3) أو عملية استئصال القولون و المستقيم (4)  . و تعد نسبة دخول المصابين بداء القولون التقرحي الى المستشفى  3 مرات أعلى من نسبة دخول عامة الناس المترددين على لمستشفى . و يرجع سبب ذلك الارتفاع لكثرة الاندلاعات (5) و مضاعفات الداء و كذلك لأجل انجاز الفحوص الطبية و أصناف العلاج . و يؤدي تطور الالتهاب النسيجي المزمن الى خطورة الاصابة بسرطان القولون و المستقيم (6) . و مع مرور الأيام، تتعاظم ضرورة اللجوء للجراحة. و في غضون السنوات الأوائل لتشخيص المرض تتكاثر الخطورة كلما اتسعت مساحة القولون  و أخذت في الامتداد (7) أثناء صغر سن اثبات التشخيص. بواسطة العلاج الحديث، خاصة الأدوية المضادة لعامل ت ن ف (8)  أصبحنا نستطيع تحسين نمط عيش المصابين و تخفيض نسبة دخولهم للمستشفى. و تحقق بجانب ذلك انخفاض حالات الاصابة بسرطان القولون و المستقيم (6) بفضل العلاج بأدوية 5-أ ز ا (9). ثم ، حديثا ، بواسطة عقاقير البورين (10)  و نشاطها المضاد للالتهاب . غير اننا لا نتوفر اليوم على المعطيات المثبتة لفعالية الأدوية المضادة لعامل ت ن ف . كما ظل تأثير أصناف العلاج على نسبة اللجوء للجراحة موضوع نقاش بين مختلف الدراسات الطبية و يتطلب ذلك التأكيد في المستقبل. 1-Rectocolite hémorragique 2- qualité de vie 3-dommages tissulaires 4- coloprotectomie 5-lles poussées 6-cancr colorectal (CCR) 7-colite extensive 8- les anti-TNF 9-5-ASA 10-purines       المقدمة  ان الأمراض المعوية الالتهابية المزمنة الملقبة بأمراض م ي ك ي (11) شائعة بإصاباتها المترددة و المدمرة للجدار المعوي . ، اصابات تنجم عن عدة عوامل ظلت ضبابية و غير ناصعة البياض.   و ان مضاعفات داء لكروهن (12)  أصبحت جد مألوفة ، تبرز مع مرور الأيام عبر اصابات تضييقية (13)  و نسورية (14)  و اصابات شرجية بالإضافة لتكاثر عدد عمليات الاستئصال المعوي.  لقد أصبحنا اليوم نتوفر على قاعدة تقييم التدمير النسيجي (15) ’ و هي متلازمة عنيدة غير قابلة للرجوع الى الحالة العادية و المؤدية الى الضياع التدريجي لوظيفة العضو الهضمي المصحوبة بأعراض مزمنة . والاصابة بداء القولون التقرحي و الاندلاعات الالتهابية المترددة المصحوبة بترددات متعددة ، و أصناف مزمنة نشيطة المقاومة لأصناف العلاج المألوف ، قد تؤدي مع مرور الأيام الى مضاعفات نسيجية غير قابلة للشفاء  و الغير قابلة لحالتها السليمة  (16) . يحتمل أن تؤدي الاصابات الى تدهور الوظيفة القولونية .  بجانب ذلك فان فئة تتراوح ما بين 10...

Read More

A propos du Vertiges, malaise vagal, vision trouble Gastro casa Gastro-entérologue, proctologue gastro casa procto casa

A propos du Vertiges, malaise vagal, vision trouble Gastro casa Gastro-entérologue, proctologue gastro casa procto casa

Vertiges, malaise vagal, vision trouble : quand s'inquiéter ? Vertiges, malaise vagal, vision trouble… Les causes sont souvent bénignes mais la gravité de ces symptômes n’est pas à exclure. Comment savoir quand doit-on s’inquiéter ? Les vertiges : sont-ils alarmants ? Les pieds qui s’enfoncent dans le sol, l’environnement qui tourne autour de soi, le tournis, la sensation de s’écrouler, la vue qui se brouille, les vomissements, les nausées : il s'agit d'un vertige, provenant d’un trouble de l’équilibre. Qui gère notre équilibre ? C’est le cerveau, via le cervelet, qui gère notre équilibre, adapte notre position et ordonne nos mouvements. Pour cela, il va s’aider de l’ensemble des informations que lui envoient : L’oreille interne : il s’agit véritablement du siège de l’équilibre. Dans le système vestibulaire, les cristaux qui passent par les canaux semi-circulaires, sous forme liquide, stimulent les nerfs vestibulaires pour envoyer les informations de positions directement au cerveau, qui adapte alors les mouvements du corps à l’espace. La vue : les globes oculaires transmettent les images très claires de l’ensemble de l’environnement spatial. Les muscles : les muscles et les récepteurs situés au niveau de la plante des pieds indiquent la position et les mouvements de corps sans faire appel à la vue. Quelles sont les causes du vertige ? Dans la plupart des cas, les vertiges sont liés à un dysfonctionnement des signaux d’informations et sont bénins. Ainsi, ils peuvent résulter d’un problème locomoteur, de vue ou de l’oreille interne. Le système vestibulaire est placé à proximité de l’appareil auditif. Un problème d’audition, une otite ou un bouchon dans l’oreille peuvent venir perturber le système vestibulaire et entraîner des vertiges. Dans d’autres cas, les vertiges sont dits « de position » : les cristaux du système vestibulaire censés informer le cerveau de notre placement et de nos mouvements, se déplacent vers l’appareil auditif, le cerveau gère alors de mauvaises informations concernant notre disposition dans l’espace, ce qui créé un déséquilibre et des vertiges. La névrite vestibulaire se caractérise par une inflammation des nerfs vestibulaires. Elle fait généralement suite à une maladie virale. Elle provoque des vomissements ou des nausées liées à de gros vertiges. La névrite vestibulaire est passagère, elle ne dure pas plus de 15 jours. Certaines personnes sont atteintes de la maladie de Ménière. Cette maladie touche plus les femmes que les hommes et apparaît entre 40 et 60 ans. Elle se manifeste par des périodes d’importants vertiges accompagnés d’acouphènes. Certains symptômes précèdent ces crises de vertiges comme la perte de l’audition, des maux de tête ou l’impression d’avoir l’oreille bouchée. Pour traiter et prévenir cette maladie qui peut être handicapante, il vaut mieux s’orienter vers un ORL spécialiste des vertiges. Vertiges : faut-il s’inquiéter ? En général, les vertiges ne sont...

Read More