Ménopause Gastro-entérologue, proctologue gastro casa procto casa

Ménopause Gastro-entérologue, proctologue gastro casa procto casa

  Ménopause, des solutions pour bien la vivre ! Le sommeil perturbé Chez certaines femmes, la ménopause peut entraîner des troubles du sommeil. Les conseils à appliquer sont les mêmes qu’en cas d’insomnie classique : il faut d’abord veiller à bannir les excitants (café, tabac, alcool, etc…). En outre, la prise de somnifères peut être évitée en ayant recours à des méthodes naturelles qui ont vu leur efficacité reconnue, comme le yoga, les massages relaxants ou les plantes en tisane, granulés homéopathiques, etc… Pour en savoir plus, consultez notre dossier « 10 plantes pour bien dormir ». Les troubles de l’humeur La ménopause peut aussi provoquer des troubles de l’humeur. En plus d’être un évènement perturbant dans la vie des femmes, la baisse d’hormones comme les oestrogènes ou la progestérone entraîne un bouleversement hormonal. Certaines femmes considèrent aussi la ménopause comme un pas vers la vieillesse et une perte de leur féminité. Cet état d’esprit peut entraîner une irritabilité voire un état dépressif. Le recours aux plantes constitue une bonne alternative à l’hormonothérapie. L’huile essentielle de lavande donne de bons résultats à raison d’1 à 4 gouttes par jour à prendre sur un comprimé neutre. L’ostéoporose A la ménopause, la production d’oestrogènes, une hormone préservant la masse osseuse, diminue brutalement entraînant une perte de résistance des os. Pour se protéger de l’ostéoporose (dont les signes apparaissent 15 à 20 ans après le début de la ménopause), il est important de veiller à avoir un apport suffisamment élevé en calcium et en vitamine D. Il est impératif d’arrêter de fumer et de boire trop d’alcool tout en pratiquant une activité sportive afin de garder une bonne forme physique. Le vieillissement de la peau La baisse du taux d’oestrogènes et la production amoindrie de collagène à la ménopause sont responsables de l’accélération du vieillissement cutané. Pour y remédier, des méthodes naturelles peuvent être employées. Les alpha-hydroxyacides, connus sous le nom d’AHA ou acides naturels de fruits que l’on trouve dans certains produits de beauté, améliorent visiblement l’aspect de la peau. La vitamine C et le thé vert limitent aussi le vieillissement de la peau. Pour des résultats plus importants, le recours au botox peut être envisagé. La baisse de libido Le désir sexuel féminin est lié à la présence d’oestrogènes et d’androgènes, des taux qui chutent à la ménopause. De plus, l’absence de règles fait apparaître un assèchement des muqueuses vaginales chez certaines femmes diminuant ainsi la stimulation sexuelle. La communication au sein du couple est certainement la solution clé pour contrer la baisse de libido, mais il est possible d’avoir recours à des lubrifiants et de travailler pour contrôler le stress et l’anxiété qui paralysent de nombreuses femmes. Les risques cardio-vasculaires A la ménopause, le...

Read More

antibiotiques: Gastro-entérologue, proctologue gastro casa procto casa

antibiotiques: Gastro-entérologue, proctologue gastro casa procto casa

7 choses à savoir sur les antibiotiques Ils étaient si efficaces et si dépourvus de risque que les médecins comme les malades n’avaient que leur mot à la bouche. Sinusites, infections dentaires, acné, muscoviscidose, infections urinaires… Que ne pouvaient-ils pas soigner ? Aujourd’hui, pourtant, les antibiotiques sont en danger. Accusés de perturber notre équilibre microbien et progressivement impuissants devant la multiplication des résistances, ils pourraient bien disparaître. Les antibiotiques sont utilisés depuis des siècles Apparus véritablement au XXème siècle, les antibiotiques étaient pourtant utilisés depuis des siècles, presque à l’insu de leurs utilisateurs. Des moisissures prélevées sur le pain ou sur les harnais des chevaux étaient souvent utilisées pour prévenir l’infection des plaies. Or, ces moisissures contenaient des molécules à activité antibiotique, c'est-à-dire capables de détruire certaines bactéries. C’est en 1928 que l’on commence à comprendre leur fonctionnement. Alexander Fleming, un biologiste britannique, part en vacances et laisse une boîte de pétri dans son laboratoire en espérant que les staphylocoques qu’il cultive, se multiplient. A son retour, il constate qu’une souche de champignons (celle que cultivait son voisin de paillasse) a contaminé la boîte et empêché la croissance des staphylocoques. Il tente alors, en vain, d’isoler et de purifier la molécule responsable, la célèbre pénicilline. En 1939, Florey et Chain reprennent ses travaux et parviennent à produire la pénicilline à grande échelle. Elle sera utilisée à partir de 1943 dans les armées alliées pour combattre les pneumonies, les méningites et la syphilis. Bien d’autres molécules seront alors découvertes chez les bactéries ou les champignons et largement utilisées contre les maladies infectieuses bactériennes… Les antibiotiques dérivent de molécules naturelles Pour survivre, les organismes vivants doivent être capables de se défendre contre les nuisibles ou les organismes susceptibles de coloniser leur milieu. Certains champignons, par exemple, disposent de toxines pour éliminer les bactéries qui seraient tentées de proliférer dans leur milieu. Ce sont précisément ces toxines qu’on appelle des antibiotiques. Il en existe des spécifiques à certaines bactéries (ce sont les antibiotiques à spectre étroit) et d’autres qui sont capables d’en terrasser de nombreux types (ce sont les antibiotiques à large spectre). Les antibiotiques peuvent être regroupés en plusieurs familles selon leur mode d’action. Certains sont capables d’inhiber la synthèse de la paroi des bactéries, d’autres ont une action sur la membrane plasmique des cellules bactériennes. Dans tous les cas, ils n’ont aucune action sur les cellules animales (et donc humaines) et c’est ce qui les rend si intéressants. Malheureusement, il est difficile (mais pas impossible) pour l’homme d’imaginer des molécules si complexes ; il se contente donc très souvent de copier celles qu’ils découvrent dans la nature. Tous les antibiotiques ne sont pas utilisables chez l’homme L’Homme a découvert des milliers...

Read More

le Sport et le poids: Gastro-entérologue, proctologue gastro casa procto casa

le Sport et le poids: Gastro-entérologue, proctologue gastro casa procto casa

L'activité physique fait-elle perdre du poids ? Quelle satisfaction lorsque, après une heure de footing intense, la balance vous ôte généreusement un kilo ! Pour autant, le sport permet-il de maigrir sans changer ses habitudes alimentaires ? Rien n’est moins sûr. La composition du kilogramme perdu grâce à l’effort est de 88,5% d’eau, 10% de sucres et …1,5% de graisses, soit 15g de masse grasse. Même si ce taux de graisse double durant la période de récupération (30g de graisse perdue au total), on comprend bien que s’en remettre à une activité physique pour perdre du poids n’est pas suffisant. Il faudrait pratiquer plusieurs heures d’entraînement intensif par jour pour commencer à obtenir un résultat. Par exemple, il faudrait 30h d’effort pour perdre 1kg de masse grasse ! Cette explication est cependant trop rapide pour évincer totalement le sport de votre programme minceur. D’après les conclusions de l’INSERM1, la perte de poids qui résulte de l’association d’un régime et d’une activité physique est supérieure à celle obtenue par un régime seul. Pourquoi associer le sport à votre régime ? Pour brûler les calories plus facilement Certains le pratiquent exclusivement pour cette raison : le sport permet aux muscles de se développer ! C’est d’ailleurs parce que le muscle est plus lourd que la graisse, qu’une prise de poids peut-être observée après quelques jours d’entraînement. Cette prise de masse musculaire est toutefois bénéfique. Car le muscle, même au repos, consomme beaucoup d’énergie, et également sous forme de graisse. Ainsi, avec plus de muscles, l’organisme fonctionnera à plus haut régime. La dépense énergétique de base – c’est-à-dire l’énergie dont le corps à besoin au repos pour fonctionner – augmente grâce à cette prise de masse musculaire. Ainsi, plus de calories seront naturellement consommées. On considère qu’une augmentation de 1% de la dépense énergétique de base permet de consommer jusqu'à 700g de masse grasse en plus par an. L’activité physique n’a pas qu’un impact sur la quantité de muscles mais également sur leur qualité. L’architecture de la cellule musculaire s’adapte à ses nouvelles fonctions et devient plus performante. Elle s’équipe progressivement de plus de mitochondries, de véritables centrales électriques pour nos cellules, et stimule les enzymes qui participent à la consommation d'énergie. Le muscle acquiert ainsi une meilleure capacité à utiliser les graisses comme source d’énergie. A titre d'exemple, alors qu'un coureur débutant dépensera 300 kcals lors de ses premiers entraînements, il pourra atteindre les 1 000 kcals après quelques mois de pratique. Pour éviter de reprendre les kilos perdus Un des effets secondaire d’un régime fait de privations est bien souvent la reprise de poids… Comment expliquer que nos efforts soient anéantis aussi facilement ? Si on perd de la graisse (= masse grasse) on perd également du muscle...

Read More

Comment protéger son cœur par les alimentsGastro-entérologue, proctologue gastro casa procto casa

Comment protéger son cœur par les alimentsGastro-entérologue, proctologue gastro casa procto casa

5 aliments pour protéger son cœur Les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde. L’organisme subit quotidiennement des attaques qui finissent par épuiser le système cardio-vasculaire. Voici 5 aliments qui aident à protéger son cœur.   Plusieurs études cliniques1 démontrent que la teneur en phytostérols des amandes à raison de 34 mg pour 30 g soit 25 amandes, fait diminuer la concentration de « mauvais » cholestérol (LDL) dans l’organisme. Une hypercholestérolémie peut entraîner des troubles cardiaques car le « mauvais » cholestérol, après avoir approvisionné les organes, se dépose dans les artères et, en cas de surplus, risque de les boucher. Selon des données épidémiologiques2, une consommation quotidienne de 30 g d’amandes réduirait le risque de maladies cardio-vasculaires de 45%. La vitamine E contenue dans l'amande (7,5 mg de vitamine E pour 25 amandes soit la moitié de la recommandation journalière en vitamine E) aiderait également à lutter contre les maladies cardio-vasculaires en empêchant la formation de caillots dans le sang.               Grâce à sa teneur en anthocyanines (350 à 400 mg pour 100 g de fruits), la cerise fait partie des fruits les plus antioxydants. Les anthocyanines sont des composés phénoliques qui agissent comme des pigments et donnent aux cerises leur couleur rouge. Ils ont aussi la capacité de neutraliser les radicaux libres, des composés qui endommagent les cellules de l’organisme et qui seraient responsables de l’athérosclérose c’est-à-dire la présence d’une plaque sur la paroi des artères qui gêne ou bloque la circulation du sang et qui peut provoquer, à terme, des troubles cardio-vasculaires.     En plus de favoriser la satiété et d'être peu caloriques avec 163 kcals pour 100 g, les pois chiches seraient un bon allié pour les personnes souffrant de diabète1. Celui-ci augmenterait de 2 à 4 fois le risque de souffrir d’une maladie cardio-vasculaire. Le pois chiche possède une charge glycémique faible qui est une méthode de calcul prenant en compte la quantité des glucides mais aussi leur qualité. Un taux de glycémie (= taux de sucre dans le sang) trop élevé augmente le risque d’infarctus ou d’AVC en obstruant les vaisseaux sanguins.  Les pois chiches possèdent des propriétés antioxydantes grâce à leur teneur en manganèse et en cuivre, des nutriments qui aident à réduire l’effet des radicaux libres dans le processus d’oxydation des cellules de l’organisme.                         100 g de viande de porc contient 3,6 g de lipides dont 1,2 g d’acides gras saturés, 1,4 g d’acides gras monoinsaturés et 0,3 g de gras polyinsaturés. Les teneurs en acides gras essentiels (oméga-3) du porc font donc de lui une viande aux qualités nutritionnelles plus importantes que celles de la viande de...

Read More