maladie AlzheimerGastro-entérologue, proctologue gastro casa procto casa

maladie AlzheimerGastro-entérologue, proctologue gastro casa procto casa

On sait enfin où naît la maladie d’Alzheimer Grâce à une technologie d’imagerie à haute résolution, des chercheurs états-uniens ont pu observer pour la première fois la naissance et la progression de la maladie d’Alzheimer dans le cerveau humain. Cette étude pourrait déboucher sur un diagnostic et un traitement plus efficaces de cette pathologie invalidante de plus en plus présente dans nos vies. La maladie d’Alzheimer représente des enjeux médicaux, sociaux et économiques énormes. Plus la population vieillit et plus cette pathologie prend du poids dans la société. Une nouvelle étude permet de mieux la comprendre et offre l’espoir d’un diagnostic précoce. © Shirin Winiger, Flickr, cc by nc sa 2.0 Avec le vieillissement de la population, la maladie d’Alzheimer progresse. Cette forme de démence s’accompagne d’un déclin des fonctions cognitives qui conduit peu à peu à une perte d’autonomie. Selon l’Inserm, 860.000 Français étaient touchés par cette pathologie neurodégénérative en 2010, un chiffre qui devrait tripler d’ici l’année 2050. La maladie d’Alzheimer représente ainsi un défi de santé publique majeur contre lequel il faut à tout prix lutter. C’est en 1906 que le médecin Aloïs Alzheimer décrivit la maladie pour la première fois lorsqu’il observa des plaques suspectes dans le cerveau d’une de ces patientes décédées. Ces structures, appelées ensuite plaques séniles, découlent de l’accumulation de la protéine bêta-amyloïde dans le cerveau. Elles apparaissent naturellement avec le vieillissement mais sont présentes en quantité beaucoup plus importante chez les personnes atteintes d’Alzheimer. Plus récemment, les scientifiques ont montré qu’une autre protéine, appelée Tau, s’accumulait à l’intérieur des neurones et conduisait à leur dégénérescence progressive.   En utilisant une technique d’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle à haute résolution, des chercheurs ont montré que la maladie d'Alzheimer prennait naissance dans le cortex entohrinal (jaune) et progressait vers d’autres régions cérébrales (rouge) comme le cortex perirhinal et le cortex pariétal posterieur. © Scott Small, centre medical de l’univesité Columbia. Malgré les recherches intensives sur cette pathologie, de nombreuses questions restent encore sans réponse. Des chercheurs du Centre médical de l'université Columbia viennent de faire une avancée importante sur le sujet. Ils ont étudié la maladie à un stade très précoce et ont mis le doigt sur la zone cérébrale où elle débute et s’étend ensuite vers le reste du cerveau. Leurs résultats, publiés dans la revue Nature Neuroscience, permettent de mieux connaître ce trouble neurologique et d’envisager des solutions de traitement plus ciblées. Le cerveau en haute résolution pour dépister Alzheimer « Nous savons depuis plusieurs années déjà qu’Alzheimer commence au niveau du cortex entorhinal, une région située au-dessous de l’hippocampe et qui influence certaines fonctions cognitives comme la mémoire, explique Scott Small, le codirecteur de l’étude. Le cortex entorhinal est composé de deux zones...

Read More

Gueule de bois Gastro-entérologue, proctologue gastro casa procto casa

Gueule de bois Gastro-entérologue, proctologue gastro casa procto casa

Gueule de bois       Si vous consultez cette fiche parce que vous êtes affublé d’une gueule de bois résultant des abus de la fête d’hier, vous êtes au bon endroit pour trouver des conseils pour vous soulager. Vous trouverez aussi des conseils pour prévenir, à l’avenir, les lendemains de veille difficiles. Urgence gueule de bois   Ce que vous pouvez faire maintenant Boire Beaucoup d’eau, même si vous n’en avez pas envie. Du jus, mais évitez les jus très acides, comme le jus d’orange. Essayez aussi une tisane à la menthe, au gingembre ou à la camomille. Du jus de tomate ou de légumes mélangés. Ils renferment des sels minéraux qui vous feront du bien. Manger Prenez du bouillon salé, pas trop gras (de boeuf, de poulet, de légumes), même si vous n’avez pas faim. Faites l’effort d’en prendre, au moins un peu à la fois, aussi souvent que possible. Quelques craquelins ou un peu de pain grillé. Du miel ou du sirop d’érable; tartinez-en vos craquelins, mettez-en dans votre tisane ou avalez-le à la cuillère. Un oeuf poché, un aliment qui se digère très facilement, dès que vous vous en sentez capable. Prendre De l’ibuprofène (Advil®, Motrin®, ou un générique), pour soulager votre mal de tête. Dormir Tamisez les lumières et fuyez le bruit. Reposez-vous et dormez tant que vous le pouvez; vous travaillerez demain, lorsque votre foie aura fini de digérer l’alcool.   À éviter L’alcool. Le soulagement, s’il survient, ne sera que passager et vous risquez de vous engager sur une pente savonneuse. Les boissons et les aliments très acides. Les aliments riches en matières grasses. Le café et le thé ou réduisez sérieusement votre consommation. Évitez aussi tout ce qui renferme de la caféine, comme les boissons au cola, le chocolat ou certaines préparations pharmaceutiques vendues pour combattre la gueule de bois qui contiennent souvent de la caféine. L’acide acétylsalicylique (Aspirine® ou un générique) qui irrite l’estomac et l’acétaminophène (Tylénol®, Atasol® ou un générique) qui solliciterait trop votre foie déjà bien occupé. Si vous êtes tenté par un des produits pharmaceutiques destinés à contrer la gueule de bois, lisez bien l’étiquette : plusieurs renferment, contre toute attente, de l’acide acétylsalicylique. Les somnifères qui ne font définitivement pas bon ménage avec l’alcool. Mieux comprendre la gueule de bois   On estime qu’environ 75 % des personnes qui consomment une quantité appréciable d’alcool présentent, dans les heures qui suivent, au moins deux des symptômes de la veisalgie1. En fait, la consommation d’environ 1,5 g d’alcool par kg de poids corporel (de 3 à 5 consommations pour une personne de 60 kg; de 5 à 6 pour une personne de 80 kg) conduit presque invariablement à une veisalgie plus ou moins prononcée2. Veisalgie, c’est le terme médical pour...

Read More

5 remèdes anti-rétention d’eau:s Gastro-entérologue, proctologue gastro casa procto casa

5 remèdes anti-rétention d’eau:s Gastro-entérologue, proctologue gastro casa procto casa

5 remèdes anti-rétention d’eau Alors que notre organisme doit sans arrêt faire l’équilibre entre l’eau éliminée (transpiration, urine…) et l’eau assimilée (hydratation, teneur en eau des aliments…), il se peut que notre corps gonfle parce qu’il stocke plus d’eau qu’il n’en élimine. C’est ce qu’on appelle la rétention d’eau. Comment l’éviter ? Pensez aux protéines ! Notre organisme est parfois incapable d’éliminer correctement l’excédent d’eau dans notre corps parce qu’il est « déréglé ». Ce phénomène peut être dû à un déséquilibre nutritionnel et dans certains cas, à un manque de protéines. Si on est carencé en protéines, le sang, composé d’eau à plus de 60%, en contiendra trop peu, et l’eau sera attirée par des tissus où la concentration en nutriments est plus importante. Des gonflements au niveau du ventre et des jambes peuvent alors survenir. Avec une alimentation suffisamment riche en protéines, le foie produit de l’albumine qui empêche l’eau de fuir dans les tissus et de s’y accumuler. Mais pas n’importe quelles protéines… Privilégiez les viandes blanches et les poissons, ainsi que les protéines végétales comme celles du soja. Evitez en revanche les charcuteries qui certes, contiennent des protéines mais qui sont aussi très salées. Consommez moins de sel ! Le sel est l’ennemi numéro 1 de la rétention d’eau ! Lorsqu’on a une alimentation trop riche en sel (alors qu’il n’en faudrait qu’entre 4 et 6 g par jour), l’eau s’accumule dans les tissus. Ces tissus, fortement concentrés en sel, attirent l'eau et la retiennent, ce qui empêche son élimination. Notre corps se met alors à gonfler.   Comment réduire sa consommation de sel ? Réduire sa consommation de sel peut ne pas paraître évident si on considère que les Français en consomment près de 12 g par jour contre environ 10 g pour les Canadiens. Pour commencer, il faut éviter de resaler ses plats une fois à table. Il y a aussi toute une liste d’aliments à éviter car ils sont trop riches en sel. Le pain blanc, les charcuteries, les plats préparés ou le fromage en font partie. Il faut aussi garder à l’esprit que le sel n’est pas que l’ennemi de la rétention d’eau : consommé en excès il est responsable de nombreux troubles comme l’hypertension ou les AVC. Essayez les plantes !     Certaines plantes, que ce soit sous forme homéopathique ou en infusion, ont vu leurs effets prouvés contre la rétention d’eau. Ces plantes ont une action sur le foie, les reins et sur le système lymphatique. Elles permettent de « drainer » l’eau qui se trouve en excédent dans notre organisme en stimulant la microcirculation sanguine : l’eau contenue en excès dans les tissus est alors "rejetée" par le sang et peut s’éliminer. Quelles plantes pour moi ? Parmi les plantes anti-rétention d’eau...

Read More

Arrêter fumer: s Gastro-entérologue, proctologue gastro casa procto casa

Arrêter  fumer: s Gastro-entérologue, proctologue gastro casa procto casa

Fumer : des conseils pour arrêter ! Arrêter de fumer est loin d’être évident, surtout si on est fumeur depuis plusieurs années car il y a une véritable dépendance à la nicotine. Même si chacun doit trouver la méthode adaptée à ses besoins pour arrêter, voici quelques conseils pour optimiser vos chances de réussite. 1. Comprendre ce que signifie « fumer » Arrêter de fumer est un défi. Comme tout challenge, il doit donc être préparé et réfléchi pour être mené à bien. Le fumeur qui décide d’arrêter doit avoir intégré l’idée que la cigarette ne lui procure pas de plaisir : elle comble uniquement un manque de nicotine en stimulant la libération de dopamine (= un neurotransmetteur). Lors de l’arrêt du tabac, il est important de comprendre qu’on n’a pas besoin d’une cigarette mais bien du pic de dopamine qu’elle procure grâce à son apport en nicotine. C’est en cela que le tabac est bel et bien une drogue… 2. Se préparer psychologiquement à l’arrêt du tabac Que vous décidiez d’arrêter progressivement ou du jour au lendemain, l’arrêt du tabac doit passer par plusieurs étapes d'ordre psychologique. D'abord, il est essentiel de se désengager de certains réflexes  comme fumer après les repas, fumer pendant une pause au travail, fumer autour d’un verre entre amis, etc… Pour beaucoup de fumeurs, le tabac fait partie d’un rituel quotidien duquel ils doivent « faire le deuil ». Commencez par exemple par identifier les cigarettes fumées par habitude et celles qui vous font vraiment plaisir, en gardant tout de même à l’esprit que toutes les envies de cigarettes sont uniquement liées à un manque de nicotine. Il sera ensuite plus facile de mettre en place de nouvelles habitudes, sans cigarettes 3. Le facteur santé Lorsqu'on arrête de fumer, prendre en considération les nombreux bénéfices que cela aura sur la santé est une motivation non négligeable. On sait aujourd’hui que le tabac est responsable de nombreux troubles graves comme les maladies cardiovasculaires, les cancers, et notamment le cancer du poumon, l’infertilité ou la bronchite chronique. Néanmoins l'arrêt du tabac peut corriger ces risques accrus. Par exemple, le risque d'infarctus diminue immédiatement dans les jours qui suivent l’arrêt de la cigarette. Un an après avoir cessé de fumer, le risque est diminué de moitié. Après 5 ans d'abstinence, le risque est le même que celui d'une personne qui n'a jamais fumé 4. Faire le bilan « coûts-avantages » de l’arrêt du tabac Prenez également en compte le facteur financier et les économies que l’arrêt du tabac vous permettront de réaliser. Mettez de côté l’argent économisé et offrez-vous quelque chose qui vous fait vraiment plaisir et qui limitera ainsi la frustration pouvant faire suite à l’arrêt du tabac....

Read More

excès de table: s Gastro-entérologue, proctologue gastro casa procto casa

excès de table: s Gastro-entérologue, proctologue gastro casa procto casa

5 remèdes naturels contre les excès de table   Entre les plats souvent peu diététiques et consommation d’alcool, les Fêtes de fin d’année sont l’occasion de nombreux excès de table… Voici 5 remèdes naturels pour aider l’organisme à se remettre de ces écarts ! 1. La réglisse La réglisse permet de lutter contre de nombreux troubles digestifs comme les brûlures d’estomac. Recommandée par les naturopathes, la réglisse aide à la formation du mucus qui tapisse la paroi de l’estomac et la protège contre les sucs gastriques. En cas de reflux gastro-œsophagien, il est conseillé de prendre 2 à 5g de racines séchées de réglisse 3 fois par jour sous forme de poudre, d’infusion ou de décoction (= racines bouillies directement dans l’eau). 2. Le radis noir Le radis noir est traditionnellement connu pour ses propriétés détoxifiantes et permet de lutter contre l’ensemble des troubles digestifs : ballonnements, brûlures d’estomac, nausées, etc. Il sera donc un remède efficace pour les lendemains de fête. Si vous êtes incommodé(e) par ce genre de trouble, il est conseillé de prendre 1ml de jus de radis noir, 2 à 6 fois par jour en veillant à ne pas dépasser la dose maximale de 100ml par jour et ce, pendant 4 ou 5 jours après un repas copieux. 3. Le bicarbonate de soude Le bicarbonate de soude, également appelé bicarbonate de sodium, est utilisé afin de soulager les maux d’estomac. En cas de gêne intestinale, il est recommandé de prendre une cuillère à café (= à thé) de bicarbonate de soude dans un grand verre d’eau froide. Attention cependant, ce remède maison ne doit être utilisé que ponctuellement. L’utilisation fréquente du bicarbonate de soude dont l’alcalinité est élevée risque au contraire d’aggraver les brûlures d’estomac plutôt que de les soulager. 4. La menthe poivrée La menthe poivrée est communément utilisée pour lutter contre les problèmes digestifs mineurs. Elle peut être prise sous forme : – d’huile essentielle, à raison de 2 à 4 gouttes diluées dans une huile végétale, 3 fois par jour – d’infusion, à raison d’1 cuillère à soupe (= à table) de feuilles séchées dans 150ml d’eau bouillante. Laisser infuser pendant 10min. – de teinture, à raison de 2 à 5ml 3 fois par jour. 5. L’artichaut Dans l’antiquité, les Grecs et les Romains utilisaient déjà l’artichaut importé d’Egypte pour faciliter la digestion. Depuis, il est toujours utilisé comme remède naturel contre les troubles digestifs. C’est la cynarine, le principe actif de l’artichaut qui compose principalement ces remèdes. Il se consomme de la façon suivante : – Extrait normalisé à 5% de cynarine. A prendre en 1 ou 2 fois par jour à raison de 320 à 640mg. – Feuilles séchées : 2 g infusés dans...

Read More